La Société française d’alcoologie soupçonnée de conflit d’intérêts (La Tribune, 20/03/2017)

La Direction générale de la santé et la Haute autorité de la santé ont été alertées sur un possible conflit d’intérêts de la Société française d’alcoologie. Influente auprès des médecins dans la lutte contre l’alcoolodépendance, cette dernière prônerait en priorité l’utilisation d’une molécule de Lundbeck, alors que plusieurs membres de l’association ont bénéficié d’avantages d’une valeur de plusieurs milliers d’euros de la part de ce laboratoire.

F.D.A. Nominee, Paid Millions by Industry, Says He’ll Recuse Himself if Needed (NYT, 29/03/2017)

« Others who know Dr. Gottlieb, including Democrats, praise his intellect and independent thinking, even as they acknowledge that he is likely to bring a more industry-friendly worldview to a sprawling agency of more than 16,000 employees. Dr. Gottlieb, 44, served as an F.D.A. deputy in the George W. Bush administration before leaving to do private consulting. »

Une étude inédite estime à 14.000 le nombre de victimes de la Dépakine

« Le JDD révèle également un élément qui pourrait être décisif dans l’enquête conduite par deux juges d’instruction sur la Dépakine. Selon un document interne à Sanofi (direction de la pharmacovigilance) datant de début 2003, le fabricant avait connaissance d’un risque dès les années 1970. Malgré ce signal ancien, il a fallu attendre 2006 pour que la notice mentionne les risques pour les enfants et la médiatisation de la plainte pénale contre X de Marine Martin en mai 2015, pour que scandale éclate au grand jour. »

Les groupes de patients et les conflits d’intérêts (NEJM, 02/03/2017)

Conflicts of Interest for Patient-Advocacy Organizations

In this examination of 104 large patient-advocacy organizations, 83% receive financial support from drug, device, and biotechnology companies, and industry executives often serve on governing boards. The authors recommend more transparency about industry involvement.

MEDICI

Ce carnet porte sur les conflits d’intérêts dans le domaine du médicament, en lien avec le projet de recherches MEDICI financé par l’Agence Nationale de la Recherche. Ce projet de recherche coordonné par Boris Hauray (sociologue, chargé de recherche à l’Inserm) est pluridisciplinaire (sociologie, histoire, science politique et droit) et repose sur la réunion d’équipes de trois centres de recherche (IRIS, CERMES3, SAGE). Il vise à analyser le travail de problématisation du conflit d’intérêts dans le secteur pharmaceutique, à comprendre sa constitution en problème public et à analyser la définition de dispositifs de gestion des conflits d’intérêts comme le résultat de mobilisations, de rapports de force et de compromis. Il s’agit également de saisir les effets (ou l’absence d’effets) de ces dynamiques sur les pratiques des principaux acteurs du secteur (médecins, industriels, experts, responsables des agences sanitaires, associations de malades, etc.).

En effet, le « conflit d’intérêts » s’est imposé au cours des dernières décennies comme le mode principal d’appréhension de l’influence des firmes pharmaceutiques sur la construction des savoirs scientifiques, les décisions des autorités publiques et les pratiques de prescription. Or, malgré le rôle central des médicaments dans les soins et la recherche biomédicale, la place stratégique du secteur pharmaceutique, mais aussi la multiplication des crises sanitaires, les sciences sociales, à la différence du droit ou des sciences biomédicales elles-mêmes, se sont très peu saisies de cette question.

Centré sur le domaine du médicament, ce carnet s’intéressera également à la manière dont cette question des conflits d’intérêts se pose dans d’autres secteurs (alimentation, produits chimiques, santé au travail, etc.). Le carnet participera ainsi aux réflexions menées dans les sciences sociales de la santé et les sciences studies sur la place et l’influence des acteurs économiques.